Ancrée dans la capitale, l’Université de Paris intègrera la dimension internationale au cœur de sa stratégie institutionnelle globale de recherche et de formation. Jean-Paul Montagner, Geoffrey Sockett et Antoine Cazé, vice-présidents en charge des relations internationales au sein des établissements fondateurs, présentent les 10 leviers qui feront le rayonnement de l’Université de Paris dans le monde.

 

 

 

 

nouer des partenariats clés pour mener une recherche d’excellence

 

  1. Un établissement au rayonnement mondial,

Aujourd’hui, la qualité de nos établissements repose, en partie, sur les collaborations menées avec les meilleures universités d’Europe et d’Amérique du Nord. A l’image d’Oxford, Cambridge, Heidelberg, Stanford, Harvard ou le MIT qui sont les six universités avec lesquelles nous co-publions le plus.

S’inscrivant dans le paysage scientifique et universitaire redessiné et plus lisible d’une métropole globale, l’Université de Paris aura tous les atouts pour intensifier des relations d’échanges et de collaborations avec les institutions d’autres villes-monde comparables en termes de taille, de population et d’économie. Elle renforcera ses relations par exemple avec Boston, Singapour, Sydney, Montréal ou Sao Paolo. L’Université de Paris s’attachera à suivre les évolutions géopolitiques et géostratégiques pour piloter et ajuster sa stratégie sur le long terme.

  1. pleinement acteur de l’espace européen,

En Europe, l’Université de Paris souhaite développer particulièrement ses partenariats avec Londres et Berlin. Grâce à sa réelle interdisciplinarité, elle sera en synergie avec les nouveaux instruments du financement européen de la recherche, et pourra répondre efficacement aux appels à projets de l’Union Européenne. Avec la Guilde des universités européennes de recherche, dont elle est membre depuis sa création en 2016, elle entend influer sur les choix de politique scientifique de l’Union européenne et participer à la construction d’un modèle collectif d’excellence internationale. Ainsi, l’Université de Paris souhaite contribuer à la construction d’une université européenne qui puisse répondre aux exigences d’une recherche et d’un enseignement véritablement internationaux au service de la communauté, en accord avec les objectifs de développement durable auxquels l’Europe s’engage pour le monde

  1. assurant sa responsabilité sociétale à l’international.

Le discours du Président Macron à l’université de Ougadougou a marqué les esprits. Le travail mené au sein des trois établissements pour nouer des partenariats avec des pays en voie de développement, en particulier en Afrique, sera poursuivi. Ce sera un axe stratégique fort, en lien étroit avec des organismes comme l’IRD : il contribuera à diversifier nos approches et notre positionnement. A l’instar du programme IDEAL qui implique d’autres partenaires européens et africains, comme l’université de médecine en Ouganda, ce sera le vecteur de collaborations multilatérales.

 

Une politique internationale mise en œuvre par des services efficients

 

  1. Des relations internationales intégrées à la stratégie d’établissement,

Conduites par un vice-président dédié, les relations internationales s’appuieront sur un bureau dont le directeur aura la charge de mettre en œuvre et d’appliquer les orientations stratégiques prises par un comité de pilotage spécifique.

  1. et proches de ses usagers

Les bureaux des relations internationales, présents sur différents campus de l’Université de Paris, joueront un rôle clé dans le dialogue avec les étudiants, les enseignants et les chercheurs. Certaines missions, plus stratégiques, seront pilotées par le bureau central, telles que le développement stratégique, l’élaboration de nouveaux parcours internationaux, la réalisation d’analyses comparatives, le suivi des classements internationaux ou encore la communication internationale.

 

Des outils et programmes innovants qui garantissent son attractivité

 

  1. Attirer les meilleurs étudiants,

Des bourses académiques bien dotées seront proposées aux meilleurs étudiants de Master issus des établissements partenaires et désireux de venir étudier à Paris. Elles seront également accessibles aux étudiants de l’Université de Paris souhaitant effectuer des séjours d’études de plusieurs mois à l’étranger. Ce programme a pour objectif de servir de levier pour recruter des doctorants internationaux.

  1. collaborer avec les plus grands chercheurs,

Un ambitieux programme d’accueil de chercheurs invités, comprenant à la fois des chaires de recherche et des chaires d’enseignement, sera développé pour favoriser des échanges concrets avec nos partenaires clés.

  1. et favoriser la diversité,

Ce qu’on appelle « l’internationalisation à domicile » (Internationalisation at Home) repose sur le développement de cursus pensés d’emblée pour un public d’étudiants internationaux qui souhaitent embrasser les grands enjeux de demain, tant pour l’avancement de la science que pour relever les grands défis sociétaux. L’Université de Paris soutiendra leur incubation et leur développement avec les enseignants et les chercheurs. Le développement de parcours d’apprentissage en anglais permettra notamment d’accroître l’attractivité de l’Université de Paris pour des étudiants aux profils plus diversifiés, venus du monde entier.

  1. dans une université ouverte sur le monde,

L’accroissement de la mobilité sortante de nos étudiants, comme vecteur d’excellence, fera l’objet d’une attention particulière. Il sera demandé aux étudiants locaux qui seront intégrés dans des parcours internationaux, de passer un semestre voire une année à l’étranger. L’objectif sera d’accéder à 20% de mobilité sortante pour l’ensemble de nos programmes.

  1. et soucieuse de ses étudiants.

Enfin, l’expérience étudiante sera au cœur de la stratégie des relations internationales de l’Université de Paris, et impliquera un certain nombre d’acteurs. L’accent sera mis sur le soutien aux étudiants étrangers entrants dans tous les aspects pratiques de leur formation et de leur séjour (procédures administratives, recherche d’un logement de qualité, etc.).

 

Jean-Paul Montagner, responsable des relations internationales à l’IPGP
Geoffrey Sockett, vice-président délégué aux relations internationales et partenariats à l’université Paris Descartes
Antoine Cazé, vice-président aux relations internationales à l’université Paris Diderot