L’élaboration du projet Idex s’est faite à partir de l’identification d’un socle d’excellence reconnu, au périmètre robuste et au haut potentiel stratégique. Alors que le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche francilien se structure, l’Université de Paris en sera un acteur majeur à côté de Sorbonne Université, de Paris-Saclay ou de Paris Sciences et Lettres. Le socle d’excellence qui la constitue lui permettra de gagner en visibilité, de choisir son positionnement et la manière dont elle souhaite évoluer.

La création de grandes facultés couvrant les secteurs – Santé, Sciences, Lettres, art, sciences humaines et sociales, droit, économie et gestion –  et l’intégration de l’IPGP lui permettront de déployer une stratégie d’établissement cohérente que se concrétisera, en interne, à partir de l’élaboration de contrats d’objectifs et de moyens avec ces entités.

 

 

un chemin vers la nouvelle université

 

Le plan de transformation et sa méthodologie donnent une large place à la co-construction en associant les personnels administratifs et techniques, les enseignants et enseignants-chercheurs, les directions des réseaux métiers, les directions de composantes et les étudiants. Le document présenté ici détaille la méthodologie de transformation, axée autour des valeurs de dialogue, d’ambition et de pragmatisme, qui sera entreprise sur l’année 2018 pour aboutir au jalon fondateur de la nouvelle université : sa création au 1er janvier 2019. A cette date, l’établissement, créé juridiquement, entrera dans une deuxième phase de construction.

 

Penser la gouvernance

Les groupes de travail statuts et gouvernance amorceront leurs travaux début mars 2018 afin de participer à la définition de l’organisation politique de la future université. Des représentants des personnels et des étudiants y seront associés. Il s’agira de préciser la gouvernance, les rôles et l’articulation des instances et facultés et de traduire cette organisation dans des statuts qui seront le socle constituant de l’Université de Paris.

 

Travailler ensemble

Des comités de direction (CoDir) associant les présidents, DGS, directrices de cabinet et les vice-présidents élus des trois établissements seront mis en place, à raison d’un par mois, et traiteront des sujets transversaux permettant des prises de décisions communes et un travail quotidien sur des sujets structurants : mise en place du plan étudiant (Parcours sup), Nouveaux cursus à l’université (NCU) et autres appels à projets du Programme d’investissement d’avenir (PIA), etc.

La première réunion de ce CoDir commun, préfigurant le CoDir de la nouvelle université, se tiendra le 5 mars 2018.

 

Construire notre socle de fonctionnement

Dans le même temps, les travaux d’organisation des services s’engagent sur la base des réflexions menées par les groupes de travail mis en place au premier semestre 2017. Les directions administratives mettront en place des réunions interservices. Un séminaire se tiendra le 8 mars prochain et associera les agents comptables et les directeurs des finances, des ressources humaines, des systèmes d’information, du pilotage et des affaires juridiques des établissements.

Il s’agira, ici, d’élaborer précisément l’organisation de l’université cible et d’identifier chacune des étapes qui assureront le bon fonctionnement des services du nouvel établissement dès sa création mais également celles qui seront déployées d’ici 2021 pour permettre à la nouvelle université et à ses facultés de mettre pleinement en œuvre sa stratégie.

 

Préfigurer nos facultés

Le travail de préfiguration des facultés sera un exemple de cette co-construction au travers de séminaires facultaires qui associeront des représentants de nos communautés invitées à constituer les regroupements. Le premier séminaire permettra d’établir les grands axes de leur projet facultaire, le deuxième permettra de travailler les modes d’organisation, le troisième décrira la trajectoire de mise en œuvre. Ce travail de  préfiguration se déroulera tout au long de l’année 2018.

Des séminaires inter-facultaires cadreront et accompagneront les travaux dans un souci de cohésion et d’attention à la transversalité avec un objectif de consolidation des travaux prévue à la fin de l’année. Par ailleurs, le sujet des campus et des services supports qui leurs sont associés feront l’objet de discussions inter-facultaires auxquelles les enseignants-chercheurs, les personnels et les étudiants seront invités à participer. Un premier rendez-vous est fixé la semaine du 19 mars.

Au 1er janvier 2019, les conseils de facultés qui seront élus auront pour mission de commencer à déployer leur organisation et leur fonctionnement pour amorcer les négociations du contrat d’objectifs et de moyens en 2020 et s’assurer qu’il soit effectif en 2021.

 

Accompagner les personnels

Pour accompagner le processus, un comité paritaire de suivi de la transformation, associant les organisations syndicales et les équipes de direction, est mis en place pour garantir un travail de prévention des risques psychosociaux. Une attention toute particulière sera portée aux conditions de travail dans un contexte de changement. Il aura également en charge de l’évaluation de ces impacts auprès des personnels et prendra appui sur les engagements de la feuille de route votée en 2017 : alignement des régimes indemnitaires sur les primes les plus favorables, absence de mobilité géographique forcée et mise en place d’un plan de formation pour accompagner les personnels dans cette transformation. Une première réunion aura lieu avant la fin du mois de mars. La mission RH transformation est, quant à elle, créée pour préparer les arbitrages RH, proposer des modalités d‘accompagnement pour les personnels et préparer les échanges du comité paritaire de suivi.

 

Enfin, le Comité de pilotage de la transformation, constitué des deux présidents et du directeur de l’IPGP, des trois DGS, du directeur de projet, des directrices de cabinet et d’un conseil extérieur, se réunit tous les mardis matin. Il définit les grandes lignes de la méthodologie de la transformation, il en élabore le plan et l’accompagne. Les grands arbitrages auxquels il procède prennent l’avis du Comité paritaire de suivi de la transformation. L’équipe projet, actuellement en cours de constitution, appuiera le Comité de pilotage. Elle assurera le suivi, la coordination et la consolidation des travaux, la production des livrables de communication et la prise en charge des aspects logistiques.

Afin d’assurer la transparence de cette première phase de transformation, le détail de l’avancée des travaux, les productions réalisées par les groupes de travail et comités, et les calendriers seront mis en ligne régulièrement sur le site universiteparis2019.fr

 

 

Télécharger le plan de transformation