Si le cadre général de travail et les modalités de construction des facultés ont été proposés par les
présidents aux préfigurateurs au tout début de l’été, il s’agit désormais de concrétiser, étape par étape, leur mise en place. Chacune à leur rythme, les trois facultés finalisent leurs principes de gouvernance et d’organisation avant de les inscrire dans les statuts de la future université. En parallèle, les préfigurateurs mobilisent des représentants de leurs communautés respectives dans l’objectif de construire, ensemble, un projet facultaire fédérateur.

 

 

FACULTÉ DES HUMANITÉS ET SCIENCES DE LA SOCIÉTÉ

Dès le mois de juin, deux comités de préfiguration de la future faculté Humanités et sciences de la société ont été constitués. Le premier comité, restreint, comprend l’ensemble des directeurs de composantes. Le second est élargi à des représentants des différents types de personnels et étudiants. Si le groupe restreint a permis d’amorcer les premiers travaux de préfiguration, de plus en plus de rencontres sont organisées en formation élargie.

Les premiers échanges ont permis de mettre en place trois groupes de travail qui sont à l’œuvre depuis début septembre : recherche, formation et vie administrative & qualité de vie au travail. Le groupe de travail recherche s’est réuni deux fois depuis la rentrée universitaire. Il s’agit, pour le moment, de présenter l’ensemble des équipes de recherche et d’amorcer les premiers liens interdisciplinaires. Le groupe de travail vie administrative et qualité de vie au travail, quant à lui, a pour ambition de faire remonter les questions de l’ensemble des personnels à propos de l’articulation des compétences entre le niveau facultaire et universitaire et, plus généralement, sur les conditions de travail et le cadre de vie.

Concernant la configuration des instances facultaires, le comité de préfiguration envisage de proposer de doter la faculté d’instances proches de celles des deux autres facultés, dans le cadre établi par les présidents :

Un conseil facultaire qui sera composé de représentants des personnels et des étudiants, à l’instar d’un Conseil d’administration universitaire ;

Un conseil académique réunissant deux commissions : « recherche » et « formation et vie universitaire » ;

Un conseil des directeurs de composantes auquel seraient conférées des missions d’orientation et de stratégie.

Des travaux de cartographie des composantes et des unités de recherche, sont actuellement en cours. Leur ambition est d’obtenir une visibilité et une connaissance améliorée des compétences de chacune et, pour les unités de recherche, de réfléchir à des questions de stratégie et d’orientation dans la perspective de l’IDEX. Par ailleurs, le comité de préfiguration travaille également à l’élaboration des statuts de la future faculté qui pourront être proposés au vote du conseil facultaire.

 

FACULTÉ DE SANTÉ

Au sein de la future faculté de Santé, deux réunions du comité de préfiguration restreint et un séminaire du comité de préfiguration élargi, d’une journée entière, se sont d’ores et déjà tenus.

Le comité de préfiguration restreint travaille à une première version des statuts de la faculté de santé. Outre le conseil facultaire et le conseil académique, identique à celui de la faculté LSHS, la faculté de Santé prévoit un comité d’orientation stratégique composé des directeurs d’UFR et des directeurs d’unités de recherche.

Le comité de préfiguration élargi, quant à lui, travaille sur les questions de formation. Les différentes réformes lancées dans le domaine des études de santé, comme celle du premier cycle et la suppression prochaine du numérus clausus, constituent des défis qui peuvent être autant d’opportunités pour la faculté de Santé de définir un projet de formation original. De même, une réflexion est engagée sur la place que pourrait occuper les IFSI et les formations paramédicales. Une réunion sur le thème de la recherche est également prévue dans les prochains jours. Il s’agira, lors de cette rencontre, de dégager un projet de recherche qui puisse répondre aux appels à projets qui seront prochainement lancés dans le cadre de l’IDEX.

Concernant son périmètre, la faculté de Santé est composée de 5 UFR. Dans un calendrier à déterminer, le périmètre se réduirait à 3 par fusion des UFR de médecine, puis de celles d’odontologie.

 

FACULTÉ DES SCIENCES

Du côté de la faculté des Sciences, deux comités de préfigurations, un restreint et un élargi, sont également à l’œuvre. Le comité de préfiguration restreint est composé de directeurs de composantes, de directeurs de laboratoire, de responsables administratifs et comptera également des représentants étudiants des composantes concernées. Il est assisté par le comité de préfiguration élargi pour mener à bien ses missions principales :

Déterminer la répartition des compétences entre l’université, la faculté et les composantes ;

Élaborer un projet de statut pour la future faculté ;

Mettre en place des groupes de travail thématiques permettant l’élaboration de la future faculté.

Concernant la composition de ses conseils, la faculté des Sciences propose la création de trois conseils élus : un conseil de faculté, une commission de la formation et de la vie universitaire (CFVU) et une commission recherche. Une question se pose également aux yeux des préfigurateurs : celle de la place des composantes et leur association à la gouvernance de la faculté. Une option envisagée serait la création d’un conseil des directeurs de composantes à qui serait conféré un certain nombre de missions constitutionnelles et d’orientations stratégiques. Cela permettrait aussi une transmission directe et fluide des informations et décisions entre la faculté et ses composantes et d’être force de proposition.

 

Attelés actuellement au travail de mise en place du cadre qui permettra aux facultés de trouver leur place dans les statuts de l’Université de Paris, les préfigurateurs ont engagé des échanges avec l’ensemble des communautés concernées. À l’image des deux réunions plénières qui se sont déroulées au sein de la faculté des Sciences avec les personnels administratifs. Par ailleurs, les préfigurateurs vont être amenés, très prochainement, à définir avec les présidents les modalités d’élections des premiers conseils facultaires qui verront le jour en même temps que la future université. Ces modalités ne préjugeant pas de l’évolution de la vie des facultés.